Les tortues de mer prospèrent malgré nos erreurs

Les tortues marines font face à un certain nombre de menaces naturelles pour leur survie, depuis le moment où elles se développent dans leurs œufs jusqu’à l’âge adulte.

Ces menaces comprennent les prédateurs de nids, l’érosion des plages, les fortes tempêtes et les prédateurs terrestres et marins. Malgré ces défis, les tortues marines existent depuis plus de 100 millions d’années, survivant à une extinction de masse marine, et même à l’astéroïde qui a éradiqué les dinosaures. Malheureusement, ces événements ne sont pas comparables à la menace la plus récente pour le monde naturel: les humains.

Les tortues marines remplissaient les bénédictions causées par les accidents de transport, s’il n’y avait pas d’accident dans les filets de pêche, même les paires aspirées par le nez et les sacs en plastique qui les étouffaient après avoir été confondues avec la méduse, l’un de leurs aliments préférés. Les tortues de mer nées sont également intentionnellement tuées pour leurs coquilles et leur viande, et leurs nids sont chassés à la demande de leurs œufs. Les tortues imbriquées sont en danger critique d’extinction, risquant leurs magnifiques coquilles d’ambre et de jaune, utilisées pour fabriquer des bijoux, des accessoires pour cheveux, des lunettes et d’autres objets d’artisanat. La consommation de tortues marines a une valeur traditionnelle dans de nombreuses cultures à travers le monde et est liée aux croyances spirituelles et médicinales.

Bien que six des sept espèces de tortues marines dans le monde figurent sur la liste des espèces menacées de l’UICN (le statut de la septième espèce est inconnu en raison d’un manque de données), ces animaux sont exceptionnellement résistants. Avec un peu d’aide des individus concernés, des ONG, des gouvernements et des communautés locales, la plupart des colonies de nidification des tortues marines augmentent. Le Cap-Vert abrite la plus grande population de tortues caouannes (Caretta caretta) au monde, après les États-Unis et Oman, et les plages de Boa Vista abritent la plupart de ces femelles en visite. Les eaux côtières peu profondes de Boa Vista abritent également de nombreuses tortues vertes juvéniles, que l’on peut observer en nageant ou en prenant le soleil sur la plage.

Il existe quatre organisations responsables de la recherche et de la conservation des plages de nidification de l’île, trois ONG et une organisation communautaire. Grâce aux efforts de ces organisations et aux nouvelles réglementations imposées par le gouvernement, il y a un nombre record de femelles caouannes (Caretta caretta) qui remplissent les plages de leurs nids chaque été.

Les vacances à Boa Vista sont une excellente occasion d’assister au spectacle de la routine de nidification des tortues de mer avec un excursion organisée d’observation des tortues.

Boa Vista est un exemple de conservation des tortues marines mondiale en raison du haut niveau d’inclusion de la population locale à la fois dans la recherche et dans l’écotourisme. Les ONG emploient une majorité de personnel capverdien pour patrouiller sur les plages et impliquer les communautés locales dans des activités et des événements d’éducation environnementale pour tous les âges. La participation des habitants aux visites d’observation des tortues fournit également une incitation économique à conserver plutôt qu’à consommer ces animaux. Il existe de nombreux guides locaux qui proposent des visites des plages de nidification des tortues, mais il faut être prudent lors du choix d’un guide, car ils sont légalement tenus d’avoir un permis pour travailler dans ces zones protégées. Pour cette raison, nous vous conseillons de réserver votre excursion auprès de voyagistes agréés et assurés.

Malgré tous les obstacles sur leur chemin, les tortues marines continuent de prouver qu’elles peuvent prospérer dans n’importe quelle condition. Ils peuvent passer des mois sans nourriture en ralentissant leur métabolisme, des saisons de nidification consécutives et même changer de plage de nidification en réponse au stress. Selon le l’enquêteur Camryn Allen, « … les tortues, parmi toutes les autres espèces, pourraient en fait avoir une assez bonne chance ».

Source: nationalgeographic.com