Améliorant les télécommunications et la santé de Cap-Vert

Le Cap-Vert va briser les barrières à l’investissement en améliorant les télécommunications et la santé.

Le ministre des Finances du Cap-Vert, Olavo Correia, a rencontré des investisseurs importants pour discuter du potentiel de croissance du pays. La pauvreté et une faible capacité d’innovation ont été identifiées comme des obstacles à la croissance économique. Cependant, le Cap-Vert est sur le point d’apporter des changements importants pour surmonter ces obstacles.

La société de télécommunications chinoise Huawei s’est associée au Cap-Vert le mois dernier pour mener une « expérience pilote » qui fournirait la technologie 5G à l’une des îles. L’île de choix n’a pas encore été déterminée. Correia a manifesté son intérêt pour un accord entre le pays et le groupe Huawei en vue d’introduire progressivement le réseau 5G à travers le pays par phases, en déclarant «qu’il s’agit du changement dont le pays a besoin. La rapidité, proximité de service, efficacité, et transparence de gestion que cette technologie permettra. Et nous, le gouvernement, voulons faire de Cabo Verde une nation digitale».

Lors de la conférence, Isabel Dos Santos, une investisseuse angolaise, a déclaré que «le Cap-Vert dispose de toutes les conditions pour devenir une centre du tourisme de santé». Bien que ce secteur puisse encore être considérablement amélioré, l’Organisation Mondiale de la Santé a félicité le Cap-Vert pour ses progrès. Depuis son indépendance en 1975, le Cap-Vert a considérablement progressé dans les soins de santé, en augmentant le nombre de médecins, en réduisant la mortalité infantile et en augmentant l’espérance de vie moyenne. Des efforts sont également en cours pour fournir un accès égal aux soins de santé, 80% de la population vivant actuellement à moins de 30 minutes d’un établissement de santé. Les Cap-Verdiens ont tous droit à une couverture de soins de santé de base offrant des traitements d’urgence, des soins prénatal, ainsi que le traitement et la prévention des maladies infectieuses telles que la malaria, la tuberculose et le VIH. En outre, l’OMS estime que 40% de la population bénéficie d’un régime d’assurance maladie sociale fourni par son employeur.

L’introduction de la télémédecine en 2012 a également accru l’accès aux soins spécialisés dans le pays, réduisant ainsi le besoin d’évacuation vers d’autres pays ou vers des îles dotées de grands hôpitaux. Bien que les soins de santé spécialisés soient actuellement concentrés sur les îles les plus peuplées, comme Santiago et São Vicente, la régionalisation et la décentralisation du secteur national de la santé promettent d’améliorer l’accès aux soins de santé sur Boa Vista, Sal, et d’autres îles plus petites.

Sources: thelondoneconomic.com