Le Premier ministre visite l’île de Boavista

Le Premier ministre Ulisses Correia a déclaré que sa visite à Boa Vista visait à renforcer le partenariat avec la municipalité, comme cela a été le cas dans d’autres municipalités. Tous afin de pouvoir travailler ensemble sur les grands défis de l’île, en soulignant la sécurité et la réhabilitation des bidonvilles de Boa Esperança.

«Le premier défi consiste à résoudre les problèmes de la zone de cabane, avec des logements et des installations d’assainissement de qualité, et, deuxièmement, à transformer Sal-Rei en une ville touristique promouvant le réaménagement urbain et la mise en valeur de son front de mer, de manière à ce qu’il dispose de suffisamment de dynamisme les investissements et permettent aux touristes de quitter les hôtels, et enfin d’améliorer le niveau de sécurité de l’île », propose Ulisses Correia et Silva, soulignant que ce n’est qu’ainsi que Boa Vista bénéficiera d’un tourisme inclusif.

S’agissant de la sécurité, le chef du gouvernement a souligné l’importance de la sécurité au travail, tant sur le plan interne que sur le plan des destinations touristiques, à la fois en termes de respect des ordonnances municipales. A cet égard, a ajouté le Premier ministre, la municipalité a un rôle important à jouer pour que les citoyens respectent les règles, notamment l’occupation des voies publiques, les règles d’organisation du commerce, du bâtiment, les horaires des établissements de nuit, les question des ventes non réglementées d’alcool, entre autres règles, qui devraient être régies de manière à créer un environnement compatible avec ce que l’on pense du développement de l’île.

Enfin, le Premier ministre a annoncé qu’en plus de ces priorités, le gouvernement procéderait à d’autres investissements, en particulier dans les secteurs de l’eau et de l’énergie, en dotant l’île de capacités de distribution capables de suivre la dynamique de croissance du tourisme et en matière de développement. santé, apportant des réponses à la population locale et aux demandes imposées par le tourisme.

Source: A SEMANA